JE VOUS EMMÈNE… DÉCOUVRIR LES CROMLECHS

A la découverte des cromlechs sur le secteur de Cauterets.

 Il y a environ 10000 ans, la fin des grands âges glaciaires a bouleversé le mode de vie des hommes de l’époque.


Le chasseur cueilleur du Paléolithique, aux déplacements rythmés au fil des saisons par les troupeaux d’animaux sauvages qu’il convoite, se sédentarise progressivement. 

Du développement des cultures et de l’élevage naît alors la civilisation néolithique. Le chasseur cueilleur se transforme en agriculteur et en éleveur.

Le premier homme des montagnes cauterésiennes est bel et bien le berger, présent depuis 6000 ans environ.


Des deux versants des Pyrénées, les hommes se retrouvent donc en altitude à la belle saison, et on peut imaginer qu’une communauté pastorale cohabite dans les hautes vallées plusieurs mois de l’année.


Les hommes tissent alors des liens forts, et des échanges se mettent en place de manière de plus en plus étroite.


La vallée du Marcadau, « le marché », garde la mémoire de ces échanges jusque dans son nom !


On y trouve la trace de ses séjours au travers d’indices plutôt discrets.


Les tumulus, amas de pierre artificiels aujourd’hui recouverts de végétation, ou quelques dolmens effondrés, ne seront remarqués que par un œil averti.


Certaines constructions primitives sont pourtant plus faciles à détecter.

Ce sont les cromlechs, ou cercles de pierre, peu nombreux, qui peuvent être relativement faciles à déceler.


Leur modeste taille, qui ne dépasse pas cinq mètres de diamètre, laisse penser que la population de bergers était peu nombreuse à l’époque, sans doute à cause des difficultés d’accès à ces hautes vallées.


Les sites où les cromlechs ont été édifiés sont généralement remarquables, laissant à penser que leurs fonctions étaient a minima sociales, voire spirituelles.

Previous
Next

Certaines constructions primitives sont pourtant plus faciles à détecter.


Ce sont les cromlechs, ou cercles de pierre, peu nombreux, qui peuvent être relativement faciles à déceler.


Leur modeste taille, qui ne dépasse pas cinq mètres de diamètre, laisse penser que la population de bergers était peu nombreuse à l’époque, sans doute à cause des difficultés d’accès à ces hautes vallées.

Les sites où les cromlechs ont été édifiés sont généralement remarquables, laissant à penser que leurs fonctions étaient a minima sociales, voire spirituelles.

 

Alors, quelques instants, perdus dans nos pensées, visualisant les efforts déployés pour ramener ces lourds blocs et les fixer solidement dans le maigre sol, le mystère s’est définitivement installé.

 

Lieu de sépulture, de discussion, d’observation du ciel étoilé, ou voué à un culte inconnu ? Nul ne le sait vraiment aujourd’hui.

 

La seule certitude que nous aurons en reprenant notre chemin sera d’avoir été dans les traces de nos ancêtres, et d’avoir été sensibles aux mêmes panoramas.

Pour le reste, leur secret reste intact, et ajoute encore une dimension mystique à ces montagnes que l’Homme ne se lasse de parcourir depuis tant de générations…